( 1 juin, 2008 )

Le marché de Farino

 Tout d’abord Farino

est un petit village niché dans la forêt, à flan de montagne (350 m d’altitude) et à environ 50 km au sud de Bourail. Cette commune qui porte le nom du village est connue pour deux choses :

              – Farino est la plus petite commune de Nouvelle-Calédonie

              – Tous les deuxième dimanche du mois, Farino organise un marché très réputé.

Que vous dire sur le marché de Farino … dans un  premier temps, je vais vous donner les descriptions des guides touristiques « un marché très réputé où sont proposés à la vente d’excellents produits locaux », « le célèbre marché de Farino accueille avec un grand sourire les visiteurs et propose des produits réputés de grande qualité », à cela s’ajoutent les avis des calédoniens qui disent tous : »il faut absolument y aller, c’est génial !!!! »

Alors, ni une ni deux, je prends le pick up, et avec Antoine, on part vers ce marché qui a l’air si merveilleux !!! La chance nous sourit, ce dimanche là, c’est la fête de l’huître ! Nous pourrons donc déguster à volonté des huîtres de palétuviers. Ces huîtres vivent dans la vase autour des mangroves et elles sont ramassées à marée basse.

En ce qui concerne le paysage autour de Farino, les guides avaient raison, on emprunte une petite route qui monte dans la montagne et nous permet d’admirer la pleine de la Foa et la côte.

dsc03403.jpg

dsc03462.jpg

 Comme vous pourrez le remarquer, je brise un mythe, et oui, il n’y a pas que du soleil en Nouvelle-Calédonie, vous noterez sur cette photo, la présence d’un ciel gris, synonyme de pluie.. malheureusement nous rentrons dans l’hiver…25° la journée et environ 10° la nuit. Sans rire, avec cet écart de température, on ressent vraiment le froid la nuit.

Nous arrivons à Farino et prenons la direction de la mairie. Le marché a lieu sur la place de la mairie. Et là, grande déception…c’est minuscule…en fait, il faut remettre ça dans le contexte. Effectivement je suis en Nouvelle-Calédonie et ici, l’échelle de grandeur n’est pas là même.

dsc03423.jpg

dsc03415.jpg

 dsc03407.jpg

Sous chaques tonnelles, les artisants et exposants ont installé leurs petits stands et proposent des confitures locales, du miel, des fruits et légumes, des gâteaux, des plantes, des animaux…

dsc03437.jpg

Il faut dire que même si le marché n’est pas très grand, l’ambiance est là, les vendeurs sont souriants, les visiteurs aussi et tous le monde discute.

 dsc03418.jpg

Comme je vous l’ai dis plus haut, l’attraction de ce dimanche est la dégustation d’huîtres.

Elles sont étalées sur une table, au stand de la mairesse (ils disent comme ça en Nouvelle-Calédonie, je ne sais pas si on le dit aussi en France, j’ai plus l’habitude de dire « madame le maire ».

dsc03408.jpg

Au premier plan, on a les palourdes et les huîtres sont derrières.

On prend une huître, en échange la mairesse nous donne un petit coup de tampon et ZOU, direction le barbecue.

 dsc03434.jpg

dsc03444.jpg

c‘est un moment très convivial, tout les gens ayant pris des huîtres s’installent autour et déposent sur la grille leurs huîtres. Ils discutent en attendant que l’huître s’ouvre. C’est la chaleur du feu qui va permettre à l’huître de s’ouvrir. L’intérieur est rempli d’eau. L’eau sous l’effet de la chaleur se met à bouillir, obligeant l’huître à s’ouvrir.

 dsc03445.jpg

On pouvait aussi déguster de grosses palourdes de la taille de mon point. La préparation est la même, on les fait chauffer sur le feu.

Le goût…comme des huîtres françaises mais plus salées, en tout cas, moi je les ai aimées !!normal, j’aime les huîtres !Par contre, les palourdes…le goût était correcte mais la consistance… c’était très visqueux et élastique, j’ai eu du mal à l’avaler.  

Sur le marché, j’ai aussi rencontré Régine et Didier qui tenaient un stand. Régine a crée une marque de produits locaux à base de Niaouli (huile, infusion, bougie parfumée…), et en plus de sa boutique à Bourail (produit locaux : artisanat varié), elle fait les marchés avec son mari.

On a discuté un moment et elle m’a dit que c’était dommage que je partais en Août car l’attraction la plus importante du marché à lieu en septembre. C’est la fête du ver de bancoule avec la dégustation crue ou grillée d’un gros ver de bancoule ; du nom de l’arbre le bancoulier dans lequel réside le ver. C’est un gros ver blanc qui peut atteindre jusqu’à 10cm.

Elle me dit que beaucoup de gens en raffolent et qu’ils n’hésitent pas à les croquer à pleine dents.Je pense que j’aurais tenté l’expérience mais avec un ver grillé.

Voilà, je ne pense pas mettre d’article la semaine prochaine (du moins pendant le week-end) car je serai à Nouméa pour faire les derniers achats avant mon retour en France pour le mariage de ma sœur le 21 juin.

Tata tout le monde !!!

Pas de commentaires à “ Le marché de Farino ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|